MAFALDA , une petite fille enragée – Partie 1

Joaquín Salvador Lavado Tejón, dit Quino, est l’un des auteurs de BD de langue espagnole les plus connus au monde. Il est né en 1932 à Mendoza, en Argentine.

C’est surtout le personnage de Mafalda, cette gamine brune angoissée par l’actualité, qui va le faire connaître. Petite bouille ronde, nœud dans les cheveux, robe rouge : haute comme trois pommes, elle est la seule à faire preuve de lucidité. Les strips mettant en scène Mafalda paraissent à partir de 1964 dans « Primera Plana », puis dans divers journaux jusqu’en 1973. Mafalda est devenue une icône de l’Amérique latine. Elle reçoit la Légion d’Honneur le 7 mars 2014 à l’Ambassade de France à Buenos Aires, et dans la capitale, une sculpture de Mafalda en inhabituelle robe verte, fixée à un banc, est un des monuments les plus visités par les touristes.Elle fut l’invitée d’honneur de la 41e édition du Festival d’Angoulême en 2014.

À travers sa petite héroïne, Quino exprime ses idées sur son époque, notamment sur la dictature militaire en Argentine. « Arrêtez le monde, je veux descendre », dit Mafalda, qui s’interroge sur l’écologie, la condition féminine, les inégalités ou la guerre du Vietnam. Elle déteste la soupe, mais elle déteste encore plus la façon dont les adultes gèrent le monde.

Mafalda fonctionne en bande. Il y a Felipe le doux rêveur ; Susanita, future mère au foyer ; Manolito, capitaliste en culottes courtes, Libertad, très sûre d’elle ; Miguelito qui se croit le centre du monde ; Guille, la tendresse incarnée et petit frère de notre héroïne. Mafalda débat sur le monde qui l’entoure et qui l’angoisse.Jugeant sévèrement ses parents, Mafalda, avec ses questions ingénues en apparence, interroge les dysfonctionnements du monde et invite à réfléchir sur de grands sujets de société. La place de la femme est fréquemment abordée dans la bande dessinée. Mafalda est une petite fille féministe et aussi visionnaire ! 

Quino a publié en 2014 un album de dessins «  60 ans d’humour » qui traduisent plus directement sa pensée, dans la même veine qu’ « Idées Noires » de Franquin. Il a aussi été décoré de la Légion d’Honneur après soixante ans de dessins . Il est mort le 30 septembre 2020. 

Son génie fut de nous léguer cette toute petite fille, Mafalda, dont l’insolente intelligence ne cesse de titiller nos bons sentiments, nos belles croyances et surtout nos petites lâchetés.

La seconde partie de cet article est accessible en cliquant ICI.

Sources :
– Umberto Eco : cliquez ici
– TOUS les albums de Mafalda (certains sont disponibles dans les médiathèques)
– Quino, 60 ans d’humour , éditions GLÉNAT
– Festival d’Angoulême : cliquez ici
– Julio Cortazar : cliquez ici

Article rédigé par Corinne de l’association ThéâViDa

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :