Le Carnaval des animaux sud-américains

Le Carnaval des animaux sud-américains, pages 4-5 © Didier Jeunesse

Vous connaissez sûrement Le Carnaval des animaux de Camille Saint-Saëns, œuvre musicale dans laquelle les animaux du monde entier se réunissent et offrent à nos oreilles et à notre imagination une parade finale grandiose. 135 ans plus tard, c’est au tour des animaux sud-américains d’avoir leur carnaval et de nous conter l’histoire de leur continent…

Début 2021, les éditions Didier Jeunesse publient un livre-CD intitulé Le Carnaval des animaux sud-américains. Un nom qui attise la curiosité et évoque lamas, condors et carnaval de Rio… Oui, mais pas que !

Cet ouvrage, également présenté en spectacle en 2020, est le fruit de la collaboration de plusieurs artistes : l’auteur Carl Norac, l’illustratrice May Angeli, le compositeur Ezequiel Spucches, l’acteur Elliot Jenicot pour l’interprétation du récit, et l’ensemble Almaviva pour l’interprétation musicale.

L’histoire nous est contée par le narrateur, qui comprend le langage des animaux. Un jour, un condor lui demande de réunir tous les animaux d’Amérique du Sud à Rio afin qu’ils puissent faire la paix entre eux lors du carnaval. Comme l’œuvre de Saint-Saëns, chaque animal possède un thème qui le représente, ce qui rend l’écoute ludique et permet d’imaginer l’animal, son caractère, son lieu de vie. La musique mêle classique, jazz et folklore sud-américain, grâce à des instruments tels que le charango ou bien des percussions associées à la batucada.

L’album musical du Carnaval des animaux sud-américains. © Ezequiel Spucches, Elliot Jenicot et Ensemble Almaviva (YouTube Music)

Destinée aux enfants, l’œuvre offre une histoire riche d’aventures et de découvertes. Mais elle aborde également des thèmes sérieux qui peuvent intéresser les plus grands. Parmi ces thèmes, nous retrouvons la conquête du continent par les conquistadors, critiquée notamment par le serpent et le cheval. Ce dernier exprime son mécontentement quant à la façon dont les hommes l’ont traité, tout en faisant allusion « au faux dieu blanc et barbu qui a tout pris » aux Indiens.

Le perroquet, quant à lui, semble avoir été traumatisé par la dictature. Il « tremblote des plumes » et répète les mêmes phrases : « Si quelqu’un dit quelque chose qu’il ne faut pas dire sur le grand quelqu’un, le dictateur, c’est très dangereux ! »

Enfin, beaucoup d’animaux parlent des problèmes environnementaux dont ils sont victimes. C’est le cas du dauphin rose qui explique, résigné, qu’il vit dans l’Amazone car « l’océan, ça pue, c’est pollué… ».

Le Carnaval des animaux sud-américains, ode à la liberté, offre une belle histoire qui appelle à la solidarité entre tous les êtres vivants. Nul doute que cette œuvre émerveillera les enfants, interpellera les plus grands et fera danser tout le monde !

Sources :
Le Carnaval des animaux sud-américains (présentation de l’éditeur) : cliquez ici
Le Carnaval des animaux sud-américains (CD) : cliquez ici

Un article rédigé par Lucie pour l’association ThéâViDa.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :