Le tango argentin

Et si on dansait aujourd’hui ? Laissons-nous porter par le son de l’accordéon pour une petite histoire du tango argentin.

Le saviez-vous? le tango argentin à son origine était dansé seulement par des hommes. C’est dans les quartiers malfamés de la Boca à Buenos Aires, entre les bandits et les prostituées qu’est né le tango à la fin du XIX siècle. Dans le conventillos, ces quartiers populaires de la région du Rio de la Plata, vivent toutes les cultures présentes dans la région, des européens immigrés en quête d’une vie meilleure, des descendants d’esclaves noirs, des indigènes, d’anciens paysans exilés en ville. C’est dans ce bouillon de culture que va naître le tango argentin.

D’abord une musique avant d’être complétée par la danse, le tango est un étonnant mélange entre la habanera cubaine, le candombe africain, la musique gitane et des airs flamencos. Ce premier tango est joué par la canaille argentine dans la rue ou les bordels. Cependant petit à petit le tango va sortir des faubourgs malfamés pour atteindre les bals et les fêtes populaires (les milongas), on voit alors apparaître les Orquestas Típicas. Au son de ces orchestres, très vite des couples vont commencer à se former, c’est ainsi que le tango va apparaitre en tant que danse.

La musique et la danse tango s’exportent jusqu’en Europe lorsque les marins ont emmenés avec eux ces rythmes sensuels et dansants. Cette traversée de l’Atlantique va d’abord faire danser les cabarets et les maisons closes des ports européens. Puis les bourgeois, en grande partie des parisiens, friands d’exotisme et d’érotisme vont faire entrer le tango dans leurs salons. C’est la Belle Époque, nous sommes dans les années 20. Le tango devient alors une danse de salon standard.

Inscrit depuis 2009 au Patrimoine Culturel Immatériel de l’UNESCO, le tango n’a cessé de se moderniser en innovant et s’adaptant aux musiques actuelles. On pense notamment au groupe franco–argentin Gotan Projet et leur chanson “Santa Maria” sortie en 2008. À Buenos Aires, bien que devenu une activité touristique, il n’a pas pris une ride, les habitants de la ville, les plus jeunes comme les plus anciens, se retrouvent dans les bosquets, sur les places et les terrasses pour danser ensemble sur des chansons de l’iconique Carlos Gardel.  

Sources :
Histoire tango  (cliquez ici
Bynativ (Cliquez ici)
France Musique (Cliquez ici)
Journal openedition (Cliquez ici)

Article rédigé par Mila de l’association ThéâViDa

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :